L’imaginaire et ses dangers.

J’ai pu côtoyer des jeunes enfants placés par le juge et j’aimerai que ce projet leur soit dédié. Qui sont ces enfants?

Les enfants placés par le juge ont entre 8 et 16 ans. Ce sont des enfants ayant des troubles du comportement et/ou de l’attachement. Ils sont placés par une autorité dans une institution. Ce sont des mesures prisent lorsque la santé, la sécurité ou la moralité d’un mineur non émancipé est en danger ou si les conditions de son développement physique, affectif, intellectuel et social sont compromises.

Quels sont leurs besoins pour pouvoir aborder sereinement leur vie?

Il est important de faire prendre conscience aux jeunes que ce qui se passe derrière le petit écran n’est pas la réalité. Les films ou séries ne sont pas des fenêtres ouvertes sur le monde réel.

Permettre aux jeunes de regarder un film ou une série en sachant bien que ce n’est qu’une « histoire, fiction ».

Donner la possibilité aux jeunes de « rêver » de leur histoire ou de s’inspirer des films/ séries pour nourrir leur imagination.

Lorsque le générique du film se déroule, il est temps de revenir à la réalité.

Il est fréquent de voir des jeunes jouer une scène d’un film vu la veille, de s’imaginer une vie de super héros, agent secret, … Quoi de plus normal? …

Un enfant peut entrer et sortir du monde imaginaire qu’il se crée, cela est tout à fait normal. Mais lorsqu’un enfant reste « coincé » dans cet imaginaire, c’est peut-être pour se protéger. Cet imaginaire peut bloquer son développement intellectuel, affectif, social et dans le cas le plus grave, le dédoublement de personnalité (= schizophrénie).

Ce sont des enfants, qui par leur situation, ont tendance à se plonger dans leurs rêves, leur vie idéale pour oublier la réalité. Ils vont chercher dans les films et/ou séries les éléments leur permettant de fuir le monde qui les entoure.

Dans le projet pour les aider, voila ce que je voudrai développer.

Dans un premier temps, je voudrai connaitre leurs points de vue sur ce qu’est la réalité ou l’imaginaire pour eux. Pour ce faire, je leur proposerai de choisir deux images (l’une pour la réalité et l’autre pour l’imaginaire) parmi toutes celles misent à leur disposition.

Dans un deuxième temps, je proposerai de regarder un film (choix entre trois films – science fiction, super héros, compte merveilleux). Le visionnage du film amènera au débat.

Dans un troisième temps, les jeunes et moi-même discuterons du film ainsi que des images qu’ils auront choisi. Ils pourront mettre des mots sur ce qu’est le réel et l’imaginaire.

Dans un dernier temps, je proposerai aux jeunes de faire des séquences qui les amèneront à bien comprendre la différence entre réel et imaginaire.

Qu’en pensez-vous?

« Schizophrénie = est une psychose grave survenant chez l’adulte jeune, habituellement chronique, cliniquement caractérisée par des signes de dissociation mentale, de discordance affective et d’activité délirante incohérente, entraînant généralement une rupture de contact avec le monde extérieur et parfois un repli autistique. »

Publicités

8 réflexions sur “L’imaginaire et ses dangers.

  1. Bonjour Catherine,
    Lors du développement de ton travail, essaye de créer une méthode, une structure que tu pourras réutiliser par la suite avec d’autres enfants.
    Pense aussi au fait que tu vas travailler avec des enfants d’âges différents. Du coup les centres d’intérêts, les limites à poser diffèrent d’un âge à l’autre. Peut-être faudrait-il catégoriser les enfants et adapater ta structure généralle aux différentes catégories d’âges.
    Pense aussi à adapter ton vocabulaire pour ces différentes catégories d’enfants.
    Sylvie.

    • Hello,

      Je répond à ton commentaires pour qu’on puisse voir si on pense la même chose 😉

      Que veux tu dire pour méthode?
      Car pour moi, j’ai une méthode, dans le sens ou j’ai des étapes dans le déroulement de mon projet.

      Pour ce qui est de l’âge des enfants, j’ai des enfants de 8 à 12 ans mais je ne sais pas encore vraiment avec qui je réaliserais le projet.
      Les besoins, les limites, les intérêts seront différents.

      Merci pour tes conseils soeurette 🙂

  2. Bonjour Catherine,
    Une méthode intéressante pour aborder ce sujet.
    Je pense que l’imaginaire est un terme de plus en plus flou dans notre société. D’un côté les films sont de plus en plus réaliste et le spectateur ne sait plus très bien ce qui est réel et ce qui tien de la fiction et d’un autre côté nous sommes soumis à une telle quantité d’images qu’il devient quasi impossible de faire le tri.
    Un autre aspect qui me semble important c’est la profusion d’infos ‘sensationnelles’, les images aux nouvelles doivent être de plus en plus ‘choc’ pour retenir le public et ainsi garantir l’audimat. Même les ‘bonnes’ nouvelles sont souvent présentées sous un angle de scandale.
    Pas étonnant que nos jeunes perdent leur repère dans ce monde qui perd (ou même qui a perdu) ses valeurs.
    Voilà ce que j’avais à te dire sur ce sujet.
    A bientôt pour d’autres réfelxions.
    Stephan

  3. Coucou Catherine,
    Superbe projet mais très complexe car il relance le débat de la violence chez les jeunes et toutes ses dérives. Perte ou plus de repère.
    Tellement de paramètres à prendre en compte……………..
    Bon courage!!!

  4. Salut Catherine,

    Je trouve que tu es en bonne voie et que ton sujet est intéressant. Tu as crée les pages, et ton blog semble bien structuré. Je trouve que tu pourrais peut-être être plus explicite dans le fond d’écran.

    Je suis perplexe par rapport au fait qu’il faut faire attention pour pas qu’ils soient atteins de schizophrénie. Tu as même mis la définition. Si les enfants sont schizophrènes, je suis d’accord qu’ils auront des difficultés à faire la différence entre fiction et réalité mais sinon ce n’est pas en faisant cette intervention que tu les empêchera d’avoir ça. Si ce n’est pas ça que tu voulais dire veille à la formulation.

    Bonne continuation 🙂 !

  5. Salut Catherine,

    En lisant ton blog, j’ai très bien reconnu le public dont tu parles. A l’heure actuelle, la différence entre la réalité et la fiction est très difficile à faire pour une grande partie des jeunes. C’est donc pour cela que ton sujet est très intéressant.

    Cependant, j’avais une petite question concernant ton organisation. Vas-tu faire ça en sous groupe ou en groupe complet ? Combien de personnes comptes-tu prendre en charge pour cette intervention ?

    Pense à ne pas prendre un groupe trop grand, sinon tu vas perdre le caractère éducatif de ton intervention. Pour ma part je prendrais un groupe de 4-5 jeunes, pour que chacun d’entre eux puisse s’exprimer.

    Bonne continuation 🙂

    • Je compte prendre un petit nombre de jeunes mais je ne sais pas encore de quel à quel âge.

      Prendre 4 – 5 jeunes serait le nombre idéal mais pour les âges je pensais (sans certitude) entre 14-15 et 16 ans.

      • Je pense effectivement que c’est vers cet âge la que tu dois te diriger

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s